Bivouaquer avec son chien

Slider

Bivouaquer avec son chien est une expérience vraiment unique et nous souhaitons que tous les amoureux la nature la vivent au moins une fois dans leur vie. Mais bivouaquer avec son chien ne se fait par sur un coup de tête. En effet, il y a toute une série de choses à connaitre, tout comme il peut y avoir un travail préparatoire avant de se lancer sereinement dansl’aventure avec son binôme canin. Tu l’auras compris, cet article devrait te fournir les bases essentielles pour que ton futur bivouac avec toi chien soit un succès et une expérience inoubliable !

Nous ne parlerons pas de notre dernier bivouac effectué dans les Hautes-Fagnes. Si tu veux en savoir plus sur ce dernier (randonnée, lieu de bivouac, etc.), je te conseille de te diriger vers cet article

Définition

Qu’est-ce que bivouaquer ? Bivouaquer, ou faire du bivouac, consiste à établir un campement temporaire, généralement avec une tente ou une tarp, afin de passer la nuit en pleine nature. Bivouaquer est souvent associé et précédé d’une autre activité outdoor comme de l’alpinisme, du trekking ou encore de la randonnée.

les règles à respecter en bivouac

Quand on part bivouaquer, c’est pour se déconnecter et retrouver nos sensations les plus primaires, auprès de cette merveilleuse nature qui nous tend les bras. Mais c’est aussi la respecter. Malheureusement, il y a encore pléthore de personnes qui ont des comportements inappropriés en bivouac ; comportements qui se traduisent par un non-respect de la nature mais aussi des autres usagers.

C’est pourquoi je me permets, en complément des règles d’or du randogeur, de t’apporter une nouvelle série de règles à respecter quand tu vas bivouaquer. Logique pour certains, moins pour d’autres, la liste ci-dessous est, selon moi, la base immuable, le minimum syndical, à respecter en bivouac :

    • Ne te rends pas à une aire de bivouac avec ton véhicule et n’y reste pas plus de 48h ;
    • En Belgique, le bivouac est généralement autorisé entre 16h à 10h;
    • N’attends pas la nuit pour installer ton bivouac. Installe-le au maximum 1h avant le coucher du soleil ;
    • En dehors des zones autorisées et en période de sécheresse, n’allume pas de feu ;
    • Si tu fais un feu, veille à toujours utiliser du bois mort tombé par terre ;
    • Ne détériore pas la nature ;
    • Si ton chien est du genre aventurier et explorateur, utilise une longe de plusieurs mètres et attache-le à un tronc d’arbre ou à un piquet ;  
    • Respecte la nature et les animaux qui y habitent ainsi que les autres usagers. Sois le moins bruyant possible ;
    • Avant ton départ, veille à toujours nettoyer la zone et à emporter tes déchets.
IMG_20200823_132527-2

Les endroits autorisés à bivouaquer

Suivant le pays où tu comptes partir bivouaquer, la règlementation en vigueur est différente. Je te conseille donc de bien te renseigner avant de partir à l’aventure.

Parmi les pays où c’est plus facile de faire du bivouac sauvage, il y a :

  • L’écosse ;
  • La Norvège ;
  • La Suède ;
  • Le Danemark ;
  • La Nouvelle Zélande ;
  • Les Etats-Unis.

En ce qui concerne la Belgique, contrairement à certains pays, le bivouac sauvage est interdit. Il n’est donc pas possible de planter ta tente n’importe où. Mais pas de panique ! Il existe des aires de bivouac spécialement aménagées qui devraient te permettre d’assouvir ta soif d’aventure.

N’ayant pas repéré toutes les aires de bivouac belges, je ne mentionnerai ici que celles où je suis allé. Actuellement, j’ai découvert et utilisé les aires des Hautes-Fagnes. Mais je compte bien en faire plus d’ici peu et réactualiser cet article 🙂

Les Hautes-Fagnes comptent 3 aires de bivouac, très bien surveillées par le Département Nature et Forêts :

  • Aire de la Bergerie : cette aire, longe un chemin asphalté mais n’en reste pas moins très jolie ! Elle ne dispose pas de cours d’eau tout proche mais elle peut compter sur un petit abri en briques.
  • Aire de la Gileppe : cette aire longe le cours d’eau de la Gileppe et dispose d’un petit abri en bois. Evite d’y aller le week-end ou durant les vacances car elle est fort fréquentée et présente beaucoup de passages de marcheurs.
  • Aire de la Soor : cette aire, comme celle de la Gileppe, est située près d’un cours d’eau, la Soor. Elle dispose aussi d’un petit abri en bois. Elle est moins fréquentée que celle de la Gileppe.
DSC_0238

Pour le reste, je t’invite à consulter https://www.bivakzone.be/ pour plus de détails sur les différentes aires de bivouac disponibles dans le royaume. Je compte sur toi pour respecter ces aires et la nature qui les entourent 😉

Les préparatifs pré-bivouac

Partir en bivouac couplé d’une longue randonnée de plusieurs heures ne s’improvise pas. Il est primordial de s’y préparer avant, tant d’un point de vue humain que canin, afin de limiter les problèmes le jour :-).

Les préparatifs humains

Dans un premier temps, il est important de préparer correctement ton itinéraire en fonction de tes besoins mais aussi des réglementations environnementales, des chemins accessibles ou non, des propriétés privées, etc. Pour cela, tu as des applications comme « openrunner » , « viewranger » et bien d’autres qui peuvent t’aider. Si tu préfères jouer la sûreté, tu peux t’inspirer de ce que font d’autres aventuriers. A cet effet, je t’invite à lire notre article sur notre premier bivouac.

Tu dois également veiller à t’équiper correctement et surtout à tester ton matériel. Par exemple, si tu investis dans une tente, il est peut-être intéressant, pour ne pas dire obligatoire, de la monter et de la démonter plusieurs fois chez toi avant d’aller sur le terrain. Cela pourrait t’éviter des déconvenues.

Assure-toi aussi de vérifier la météo avant de partir. Ça serait bête de tomber sur des grosses averses ou un orage avec ton chien alors que celui-ci en a une peur bleue. Il existe une multitude de sites météorologiques. De mon côté, j’aime beaucoup www.windy.com, www.wunderground.com   ou encore www.accuweather.com. Tous les trois présentent des avantages et inconvénients mais le principal c’est qu’ils donnent des prévisions fiables et assez détaillées.

Dernier point, et pas des moindres, vérifie que tu as la condition physique pour te lancer dans une telle aventure car porter un sac d’une dizaine de kilos pendant de longues heures pour ensuite installer ton bivouac et repartir le lendemain matin …ce n’est pas donné à tout le monde … du moins au départ 😉 La condition physique c’est quelque chose qui se travaille. Rien ne t’empêche de t’entrainer avant sur de courtes distances et de progressivement augmenter la difficulté ; tant d’un point de vue du poids de ton sac que de la durée de tes randonnées.

Les préparatifs canins

Tu dois absolument t’assurer que ton chien a la capacité physique pour partir avec toi. Il est exclu de partir en randonnée et en bivouac avec un chiot, un vieux chien, un chien avec des pépins physiques, un chien peu endurant ou un chien qui n’a pas l’habitude de produire de gros efforts.

Apprentissage de la tente (méthode utilisée avec Louna)

Si comme moi tu as un chien anxieux à l’idée de rester enfermé dans un petit espace fermé, il est important de le désensibiliser à l’utilisation de la tente. Le protocole que je te propose ci-après comporte de grosses similitudes à l’apprentissage de la cage. J’ai utilisé des récompenses alimentaires +++, c’est-à-dire des récompenses ultra appréciées par Louna. C’est très important de travailler avec ce que ton chien aime le plus afin d’avoir les meilleurs résultats possibles. Si, lors des différentes étapes ci-dessous, ton chien présente un inconfort, cela veut dire que tu as été trop vite. Dans ce cas, il est important de redescendre d’une étape. Garde en tête qu’il faut TOUJOURS aller au rythme du chien. Les séances doivent être courtes, à raison de 5 à 10 minutes maximum par session.

Voici la méthodologie que j’ai utilisée avec Louna :

  • Monte ta tente dans ton jardin ou à l’intérieur si tu as de la place. Il est important de travailler dans un environnement le moins stimulant possible, du moins au début ;
  • Laisse-la ouverte et laisse ton chien la découvrir et la sentir à son aise. Ne le force pas à y entrer s’il ne veut pas ;
  • Arme-toi de récompenses alimentaires +++ de ton chien et places-en une à l’entrée de la tente. Si ton chien se tend de tout son long ou qu’il va la chercher et puis qu’il en ressort ce n’est pas grave. Répète l’opération plusieurs fois pendant plusieurs séances.
  • Au fur et à mesure des séances, lance les récompenses de plus en plus loin dans la tente. Tu peux aussi alterner en y lançant son jouet préféré. Le but est qu’il soit de plus en plus à l’aise et qu’il associe la tente positivement. N’oublie pas de le récompenser verbalement aussi chaque fois qu’il rentre et qu’il sort avec une voix super enjouée.

Une fois que ton chien sera à l’aise avec ces exercices, tu peux passer à l’étape d’après qui consiste à te placer à l’intérieur de la tente. Le but ici est que ton chien reste plus longtemps à l’intérieur :

  • Arme-toi d’une grosse poignée de récompenses alimentaires +++ de ton chien et place-toi à l’intérieur de la tente ;
  • Avec ta main pleine de friandises, guide ton chien à l’intérieur auprès de toi et récompense-le avec les friandises en les lui donnant une à une. Le but est qu’il reste à l’intérieur de la tente, toujours ouverte. Si ton chien présente le moindre signe de stress, il en ressortira avant même de finir les friandises. Il se peut aussi qu’il ne rentre pas dans la tente. Si c’est le cas, je t’invite à redescendre d’une ou deux étapes ;
  • Une fois que ton chien sera à l’aise avec cet exercice, tu peux, tout en continuant à lui donner les friandises présentes dans ta main, fermer la tente et la rouvrir immédiatement ;
  • Une fois que ton chien sera à l’aise avec cet exercice, tu peux, pratiquer le même exercice mais en laissant la tente fermée de plus en plus longtemps. Au moindre signe de stress, tu l’auras compris, il faut rouvrir la tente et redescendre d’une étape.

Une fois que ton chien sera à l’aise dans la tente fermée de manière indéterminée, je t’invite à faire quelques simulations de dodo avant votre futur bivouac.

Derniers conseils : n’hésite pas à glisser dans la tente différentes friandises en dehors des exercices (os de jambon, sabot de bœuf fourré, kong fourré, etc). Cela suscitera de l’intérêt à ton chien en plus de faire de l’association positive. Tu peux aussi lui donner TOUS ses repas à l’intérieur. C’est ce que j’ai fait avec Louna et ça a bien marché 🙂

Matériels utilisés

Le matériel utilisé en bivouac est très important et doit être choisi en fonction de tes envies mais surtout des besoins de tous les membres canins et humains qui constituent ton bivouac. Ci-dessous, tu trouveras tout le matériel que nous utilisons et qui, selon moi, est indispensable pour partir en bivouac (sauf si tu veux faire le sauvageon et dormir à poil à la belle étoile haha).

Les 7 indispensables

La tente

Il existe une multitude de tentes fonctionnelles à des prix différents. La différence de prix se fera principalement ressentir par la qualité des matériaux mais aussi et surtout du poids. L’important est de définir tes besoins et tes objectifs mais sache qu’une tente 3 places – 3 saisons est un must have pour deux personnes ou une personne avec deux chiens de taille moyenne.

2. Le matelas

Le matelas te permettra de passer des nuits plus confortables. Il est donc important de le choisir avec précaution. Il existe des matelas gonflants, autogonflants et des tapis de sol en mousse. Ce dernier est moins confortable mais cela reste un choix judicieux si ton chien à tendance à te coller durant la nuit car il est increvable.

Si tu optes comme nous pour un matelas gonflable, pense à emporter avec toi un kit de réparation et de le recouvrir d’une petite couverte (voir-ci après) afin que ton chien ne le crève pas avec ses griffes.  

3. Le sac de couchage

Ton sac de couchage doit se choisir en fonction de ta destination mais également de la saison à laquelle tu comptes partir en bivouac. En effet, le facteur qui, selon moi, est le plus important pour choisir ton sac de couchage est la température (suivi de près du poids). En fonction de la saison, tu auras le choix entre un sac de couchage :

  • Hivernal ; utilisé pour des températures allant en dessous de -10 degrés ;
  • Trois saisons ; utilisé pour des températures allant de -10 degrés à 0 degré ;
  • Estival ; utilisé pour des températures allant au-dessus de 0 degré.

Personnellement, je te conseille d’opter pour une forme de sac de couchage dite en « momie » car elle permet d’augmenter la chaleur et de réduire le poids de ce dernier.

4. La couverture pour chiens & le footprint

Il est important que ton chien ne dorme pas à même le sol de la tente car de l’humidité et de la condensation peuvent apparaître. Il est donc nécessaire d’utiliser une couverture pour palier à ce problème naturel (et aussi afin d’augmenter le confort de ton toutou J ). Personnellement, j’utilise une couverture ultra légère pour deux personnes qui peut faire sac de couchage (je recouvre mes chiens dedans s’il fait trop froid et ils sont également protégés du sol). Si ton chien n’aime pas le confort que procure une couverture, tu peux utiliser un footprint.

Afin de diminuer la probabilité d’humidité et donc de condensation dans la tente, tu peux aussi mettre une couverture de survie plastifiée SOUS celle-ci. Pense à également ouvrir les aérations de ta tente, même quand il pleut.

5. Sac à dos

Matériel tout aussi indispensable que les précédents, si ce n’est peut-être même plus, étant donné le nombre d’heures qu’il doit contenir tout ton matos. Il est donc primordial de choisir un sac à dos confortable et doté de nombreuses possibilités de rangements.

6. Les différents ustensiles

Après une longue journée de randonnée, c’est toujours plaisant de faire un feu. Mais quand cela n’est pas possible, il faut bien utiliser un autre moyen pour se faire à manger le soir. C’est pourquoi le réchaud à gaz est indispensable, en plus d’être largement suffisant.  

7. La lampe

Pouvoir éclairer son campement, lorsque la nuit se faire retentir, est toujours quelque chose d’appréciable. Personnellement, j’utilise deux lampes frontales et clipsables de chez Decathlon (lien ci-dessous). J’en suis extrêmement content mais malheureusement, elles ne sont plus en vente en Belgique. Je te conseille de privilégier une lampe étanche, rechargeable et avec une bonne autonomie. Une lampe avec un système d’accroche multi-positions qui peut s’attacher à ta tente est un plus non négligeable.

Nos autres indispensables :

  • L’enrouleur pour chien : car il est malheureusement interdit en Belgique de lâcher son chien dans la nature ;
  • Le harnais pour chien : un indispensable pour tous les chiens aventuriers qui se respectent ;
  • La batterie externe : pour éviter, après une journée d’utilisation complète, d’avoir ton smartphone déchargé au réveil. Une batterie externe, waterproof et solaire est plus que conseillé.

 

J’espère que cet article, que j’ai essayé de faire le plus complet possible, te servira pour tes prochaines aventures. Si c’est le cas, n’hésite pas à le partager et à commenter 🙂

This Post Has One Comment

Laisser un commentaire